Milan des chauves-souris

Milan des chauves-souris

En latin : Macheiramphus alcinus
Identification : 
 Malgré son nom, ce rapace de moyenne taille ne présente pas du tout les apparences d’un milan. Ses longues ailes pointues lui confèrent en vol la silhouette d’un faucon. Ses grands yeux jaunes de chouette et sa large bouche sont vraiment atypiques. Ces 2 dernières caractéristiques sont sans doute une forme d’adaptation à son mode de chasse crépusculaire. Si on veut lui trouver des liens de parenté, il faut plutôt chercher du côté des bazas, des bondrées et des élanions (genres Aviceda, Pernis et Elanus). Le plumage du milan des chauves-souris paraît globalement sombre. Si on observe avec plus d’attention, de nombreux détails qui passent inaperçus dans la pénombre où il aime se confiner, peuvent apparaître : le dessus des yeux est orné d’un petit sourcil blanc. La gorge, la poitrine et le ventre sont recouverts de taches blanches, parfois pas toujours évidentes mais toujours présentes. L’arrière de la nuque porte une courte huppe érectile. Les rémiges affichent de fines barres. Le bec paraît particulièrement discret pour un oiseau de cette taille. Les pattes et les pieds sont longs et minces. Les serres sont incroyablement acérées.
Les sexes sont identiques. Les juvéniles ont un plumage moins foncé que les adultes. Les parties inférieures sont plus mouchetées de blanc, notamment sur la poitrine. Les trois sous-espèces se distinguent par la plus ou moins grande obscurité de leur plumage, l’apport variable de blanc sur la poitrine et la longueur de la huppe.
Chant :
Milan des chauves-souris huit. Le milan des chauves-souris n’est pas très communicatif, il est même généralement silencieux. Occasionnellement, il délivre des sifflements aigus assez typiques des milans et des « kek-kek-kek » ou « kwik-kwik-kwik-kwik-kwik » stridents à la manière des faucons. Il est parfois bruyant à proximité du nid.
Habitat :
Le milan des chauves-souris fréquente principalement les forêts d’arbres à feuilles permanentes et les zones boisées denses pourvues de feuillus. Il préfère généralement les sols calcaires. On peut également l’observer dans des savanes plus arides pourvu qu’il y trouve des chauves-souris et des plantations exotiques. Pendant la période diurne, il se repose exclusivement dans les arbres qui ont un feuillage épais. Pour se nourrir, il pénètre dans les villes.
Distribution :
Le milan des chauves-souris est réparti sur 2 continents : l’Afrique et l’Asie. Sur le premier, on le trouve exclusivement au sud du Sahara, d’une ligne qui rejoint le Sénégal au Kenya jusqu’au Transvaal et au nord de la Namibie. En Asie, son aire de distribution couvre la péninsule malaise, les grandes îles de la Sonde et l’extrême sud-est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. 3 races sont officiellement identifiées : M.a. alcinus, la race nominale (sud de la Birmanie, ouest de la Thaïlande, péninsule malaise, Sumatra, Bornéo et Sulawesi) – M.a. papuanus (est de la Nouvelle-Guinée) – M.a. andersonii (Afrique, de la Sénégambie jusqu’à l’Ethiopie en direction du sud jusqu’à l’Afrique du Sud, également Madagascar).
Comportements :
Ce rapace est considéré comme relativement rare mais il est sans doute plus courant qu’on ne le croit. Son activité est principalement crépusculaire mais il chasse également à la lumière de la lune. Très rarement, il plane et il chasse en plein jour. Pendant la journée, il se cache en effet dans le feuillage épais des grands arbres et il n’en émerge qu’à la tombée de la nuit, se glissant prestement derrière la végétation et volant à la manière d’un faucon. Lorsqu’il chasse, la poursuite est brève. Il saisit sa proie dans ses serres en plein vol et il l’avale apparemment en entier grâce à sa large bouche. Même les petits oiseaux sont ingurgités de cette façon. Toutefois, les proies de plus grande taille sont ramenées et consommées sur un perchoir. Le milan des chauves-souris peut ingurgiter une chauve-souris environ en 6 secondes, 5 en 5 minutes. Son menu peut comprendre jusqu’à 17 chauve-souris dans une soirée. En cas d’échec, ce rapace marque une pause avant d’effectuer une nouvelle tentative. Comme les hiboux, ses battements d’ailes sont silencieux, ce qui renforce l’effet de surprise.
Nidification :
La saison de nidification se déroule en avril au Gabon, en mars et octobre-novembre en Sierra Leone, d’avril à juin et en octobre en Afrique Orientale, d’août à mai en Afrique du Sud. La race nominale alcinus niche d’avril à juillet en Malaisie et à Sumatra. On ne possède pas de renseignements concernant la race papuanus. Le milan des chauves-souris construit son nid dans un grand arbre. C’est une large plate-forme construite avec des branches, garnie avec des brindilles et ornée avec des feuilles vertes. L’édifice est souvent placé sur une fourche latérale ou sur une branche pas trop encombrée pour faciliter l’atterrissage. Les arbres qui sont choisis sont généralement émergeants, possèdent une écorce claire tels que les eucalyptus ou les baobabs, de sorte qu’ils sont bien visibles pendant la nuit. La femelle pond 1 ou 2 œufs de couleur bleuâtre, parfois avec une buée violette et des mouchetures brunes sur la partie la plus large de la coquille. Les deux parents couvent pendant environ 48 jours. A leur naissance, les poussins sont tous de la même taille et ils ont un duvet blanc. Ils sont nidicoles et ne prennent pas leur envol avant d’avoir atteint l’âge de 67 jours. Les deux parents les nourrissent. Le mâle n’approvisionne pas sa partenaire pendant cette période.
Régime :
Comme son nom l’indique, cet oiseau se nourrit principalement de chauves-souris insectivores ayant un poids compris entre 20 et 75 grammes. Néanmoins, les oiseaux tels que les martinets, les hirondelles ou les autres espèces qui fréquent les berges des rivières à la tombée de la nuit sont presque autant appréciés. Le milan des chauves-souris consomme également des gros insectes et des petits reptiles. Pour chasser, les milan des chauves-souris privilégie les zones ouvertes telles les étendues d’eau. Il pénètre également dans les villes où la présence des projecteurs attire les proies.
Protection / Menaces :
L’espèce n’est pas menacée. Toutefois son statut est assez difficile à définir en raison de ses mœurs nocturnes et de son habitude de se cacher dans les feuillages denses pendant la journée. Il est souvent considéré comme peu commun à rare. En Afrique du Sud, on peut le trouver en faible densité, occupant des territoires de 450 kilomètres carrés. Sous les tropiques et même dans les villes, il semble plus répandu. Les nids, exposés sur les branches extérieures sont sensibles aux intempéries. Ce rapace ne semble pas affecté par l’usage des pesticides.
Article réalisé grâce au site : http://www.oiseaux .net

Publicités

14 réflexions sur “Milan des chauves-souris

  1. bonjour ,je n ai pas encor lu ton article ,mais ce soir je prendrait le temps ,je suis sur qu il est tres interesent ,
    c est oiseaux sont assez meconu,car ils sorte le soir ,et font parfois peur (c est ce que la legende veu nous dire,on ne les voie pas trop en ville (comme paris )mais plutot dans les campagnes
    braveau mon gullaume continu a nous instruire ,
    bon courrage bisoux

    • J’ai été en panne d’internet pendant presque 3 semaines.
      J’ai des tas de réponse a donner sur les commentaires de mes articles.
      Je vais faire du copier coller sinon je ne m’en sortirais pas.
      Merci pour ton commentaire.
      A très bientôt.
      Amitiés
      Guillaume

  2. Comme toujours Guillaume on apprends beaucoup à la lecture de tes articles. Je n’ai jamais réussi à en voir lors de séjours au Sénégal ni en Afrique du sud. De fait merci pour les photos et gravures:)
    Bsx
    Ludovic

    • Merci pour ton commentaire
      J’ai été en panne d’internet pendant presque 3 semaines.
      J’ai des tas de réponse a donner sur les commentaires de mes articles.
      Je vais faire du copier coller sinon je ne m’en sortirais pas.
      Merci pour ton commentaire.
      A très bientôt.
      Amitiés
      Guillaume

    • Merci pour ton com
      J’ai été en panne d’internet pendant presque 3 semaines.
      J’ai des tas de réponse a donner sur les commentaires de mes articles.
      Je vais faire du copier coller sinon je ne m’en sortirais pas.
      Merci pour ton commentaire.
      A très bientôt.
      Amitiés
      Guillaume

    • Mon Kéké 🙂
      J’ai été en panne d’internet pendant presque 3 semaines.
      J’ai des tas de réponse a donner sur les commentaires de mes articles.
      Je vais faire du copier coller sinon je ne m’en sortirais pas.
      Merci pour ton commentaire.
      A très bientôt.
      Amitiés
      Guillaume

  3. bonjour
    Merci pour ton article tres interessent ,
    Je voudrait savoir quel est la diference entre les chauve sourie que l on rencontre en france dans non campagne,et c elle que tu presente ici
    Si cetais une plantes je dirait que c est la meme race,mais pas la meme varieter …deformation professionel,desoler
    Je tencourage a poursuivre tes recherches,et te fait un tres gros BISOUX benoit

    • Je crois que pour toi je vais faire un article sur les chauves souris.
      J’ai été en panne d’internet pendant presque 3 semaines.
      J’ai des tas de réponse a donner sur les commentaires de mes articles.
      Je vais faire du copier coller sinon je ne m’en sortirais pas.
      Merci pour ton commentaire.
      A très bientôt.
      Amitiés
      Guillaume

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s